Bilan & Favoris Juillet 2016

Mieux vaut tard que jamais, n’est-ce pas ? Si j’ai acheté énormément de livres le mois dernier, j’en ai en revanche lus très peu. Je dois bien dire que mon job d’été me fait mettre entre parenthèses avec ses horaires décalés et son rythme effréné. Quand je rentre chez moi, en général, je dors ou j’essaye de profiter de mon peu de temps libre pour m’aérer l’esprit et voir mes amis. Le bilan de lecture est donc carrément triste cette fois avec quatres livres au compteur dont un manga et un comics.

Je m’étais fixée de ne lire que des livres que je possédais déjà, mais aucun ne correspondait vraiment à mon état d’esprit du moment alors j’ai fait quelques emprunts à la bibliothèque!

Notamment, Le fantôme de Dublin, d’Olivier Larizza.

le-fantome-de-dublin-recto

J’ai du lire environ soixante pages de ce roman jeunesse, puis j’ai décidé que je le finirai pas. L’histoire avait l’air plutôt sympa pourtant : un jeune garçon rend visite à son oncle dans son manoir irlandais, apparemment hanté. J’aime bien ce genre d’histoires, et surtout j’adore l’Irlande. Mais non, ça n’a pas fonctionné. J’ai trouvé le style de l’auteur un peu étrange, comme s’il cherchait à tout prix à sonner comme un adolescent de treize ans, mais ça ne marchait pas, on voyait trop que tout ça était artificiel. Ensuite, peut-être que j’aurais du continuer un peu plus, mais on ne parle pas de l’Irlande… Quelle frustration ! L’histoire se passe à Dublin mais les personnages restent enfermés dans le manoir. C’est dommage. Et puis, surtout, ce qui m’a agacé, c’est qu’à un moment, une femme dont on nous dit qu’elle très irlandaise fait son entrée dans l’histoire et est décrite comme ayant un “accent british”. Alors oui, peut-être que je chipote, mais c’est à ce moment-là que j’ai refermé le livre. Non, un irlandais n’aura jamais d’accent british. Comme un belge n’aura jamais d’accent français. A moins d’exceptions bien évidemment mais pas dans ce contexte-ci. Dites que je suis susceptible ou je ne sais quoi encore, mais c’était surtout le prétexte idéal de quitter cette histoire qui ne me plaisait pas beaucoup.

J’ai aussi emprunté Me Before You (Avant toi), de Jojo Moyes :

mars-11 Franchement, ça faisait longtemps que je n’avais pas autant pleuré devant un livre. Quelle histoire! Je ne veux pas trop en parler de peur de gâcher l’histoire, mais ce livre m’a terrassée. Il ne faut pas croire qu’on est dans le tragique pur attention, on rigole beaucoup aussi et la conclusion est tellement aigre-douce… l’esprit du livre est assez bien retrouvé dans le film (que j’ai vu juste après avoir terminé le livre), même si j’ai trouvé le jeu d’Emilia Clarke assez moyen. Et je les recommande aussi bien l’un que l’autre !

Puis ensuite, j’ai emprunté Undercurrent, de Tetsuya Toyoda.

normal_chnnv_mweai5som

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu de manga, et je n’ai pas été déçue de me replonger dans cet univers particulier avec celui-ci. C’est l’histoire d’une femme qui tient des bains publics et dont le mari vient de disparaître du jour au lendemain (en gros). J’ai trouvé l’atmosphère très japonaise parce que les personnages ne sont pas du tout expansifs, et pourtant, tout était si poétique, doux et calme. Je ne sais pas si c’est très clair ce que je dis-là, mais cette ambiance me semble être particulièrement japonaise ! J’ai eu un vrai coup de cœur pour cette histoire troublante mais qui ne laisse pas indifférent.

Puis j’ai quand même lu des livres à moi, notamment Mademoiselle Else, d’Arthur Schnitzler.

c053-arthur-schnitzler-mademoiselle-else

Else est une jeune fille issue de la bourgeoisie autrichienne qui passe des vacances en Italie avec sa tante. Elle apprend là-bas que son père est ruiné et elle doit aller voir un ami de la famille pour lui demander d’aider son père en prêtant une certaine somme d’argent. Cet ami accepte à une condition : qu’il puisse voir Else nue. Le roman est un monologue intérieur, on va et vient entre modernité et conservatisme, comme les pensées de Else et ses hésitations. J’aime beaucoup ce style très moderne qui n’est pas sans rappeler Mrs Dalloway ou Ulysses, mais ici, je n’ai pas trouvé le rendu assez aérien. C’est très lourd, toutes les pensées sortent d’un bloc et le résultat est assez long à lire. On s’ennuie alors que le livre fait moins de 150 pages! Ceci dit, je pense que cet effet est voulu. On est dans la tête d’un personnage d’un moment A à un moment B sans interruption, bien évidemment que tout ce qu’elle pense n’est pas forcément intéressant, et elle se répète, comme nous le faisons tous. Voilà pour moi, l’intérêt de ce roman : approcher au plus près du mécanisme de la pensée, ce que je trouve fascinant.

Et puis j’ai fini par Airboy, de James Robinson et Greg Hinkle.

airboy_01-1

C’est le tout premier comics que je lis, et peut-être qu’il m’aurait fallu quelques connaissances de plus dans le genre pour comprendre toutes les références… Enfin. J’aimais beaucoup le concept de base : on demande à un célèbre auteur de comics de faire revivre un super-héros des années 40 et il ne sait pas du tout comment s’y prendre. Puis au fur et  à mesure, Airboy va envahir pour de vrai le monde du scénariste et du dessinateur. Très honnêtement, j’ai été un peu déçue. C’est vraiment très vulgaire et certaines blagues (ex: le dessinateur qui se dessine avec pénis aussi long que mon bras) volent vraiment au ras des pâquerettes. Peut-être que je vais avoir l’air d’une vieille réac toute pourrie de l’intérieur mais j’en ai un peu marre des histoires qui font penser que le monde tourne autour des drogues et du sexe. Je refuse de croire que c’est vrai. Et pourtant, j’aime bien les histoires où les héros se débauchent, mais il faut qu’il y ait quelque chose derrière, de plus recherché et profond. Alors, certes la morale est quand même plus positive, les personnages se remettent en question, etc., mais vraiment… C’était lourd.

Le mois de juillet n’était donc pas un mois de folie pour les lectures, et c’est peut-être aussi pour ça que j’ai si peu lu…

Advertisements

5 thoughts on “Bilan & Favoris Juillet 2016

  1. Han je savais pas que tu avais trouvé le jeu d’Emilia Clarka moyen ! Je la trouvais plutôt mignonne… mais bon, je n’ai pas lu le livre non plus.

    1. J’ai beugué sur ses sourcils pendant tout le film… Haha! Elle était mignonne, oui, mais à un certain moment où elle est très triste, sa tête m’a donné envie de rire un peu (et je me suis sentie horrible!)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s