The Perks of Being a Wallflower (Le monde de Charlie/Pas raccord), de Stephen Chbosky

61t67Xhl2CL._SX321_BO1,204,203,200_

Au lycée, on trouve Charlie bizarre. Trop sensible, pas « raccord ». Aux yeux de son professeur de Lettres, qui lui fait découvrir les classiques américains, c’est sans doute un prodige ; les jeunes de son âge, eux, le voient comme un « freak ». Lui se contente de rester en marge des choses. Jusqu’au jour où deux seniors, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile. La musique, le sexe, les fêtes : il va bien falloir que Charlie « s’implique». Une fois entré dans la danse,c’est tout un monde que Charlie découvre…

Bouh la vilaine, elle recopie les résumés d’Amazon ! C’est juste que je trouve ça beaucoup trop dur de résumer cette histoire sans trop en dire et en en disant assez quand même… Vous voyez bien que mon esprit est bien trop brouillon pour écrire un résumé ne serait-ce qu’un peu compréhensible !

J’ai vu le film à sa sortie en salles, en 2013, et je l’ai vu de nombreuses fois depuis. Je l’aime, je l’adore même si mon mascara se retrouve étalé tout le long de ma joue après. Du coup, aussi étrange que cela puisse paraître, le livre me faisait peur. Parce que oui, des fois, il y a des films qui surpassent leur livre. J’avais tellement peur que ce soit le cas avec The Perks of Being a Wallflower… En vérité, je ne pourrais pas dire que je préfère l’un ou l’autre ; ils sont juste différents. (Mais si vraiment, on me mettait un couteau sous la gorge pour choisir l’un des deux, je pencherais plutôt pour le livre)

La première grosse différence, c’est que le livre n’est pas, à mon sens, du tout politiquement correct. Et ça, c’est vraiment bien. Mais je sais qu’aux Etats-Unis, tout ne peut pas être montré au cinéma (si le film veut bien se vendre, du moins), sauf que je suis vraiment contente que Charlie soit un peu plus « débridé » dans le roman. Il gagne en crédibilité !

D’ailleurs, en parlant de Charlie, très franchement, au début du livre, j’ai cru que j’allais détester cette lecture. Je le trouvais tellement énervant, à tout le temps s’inquiéter du bonheur des autres, à utiliser tout le temps les mêmes mots, à tout le temps pleurer (oui, c’est la fille qui pleure pour à peu près tout qui dit ça)… Mais au fil des lettres, le style et l’attitude de Charlie changent créant ainsi une évolution, dont j’ai adoré être le témoin.

Étonnamment, je n’ai versé qu’UNE larmichette quand Bill, le prof d’anglais de Charlie, lui dit ce qu’il pense de lui. Sortez les mouchoirs ! Bill est beaucoup plus développé dans le roman, et je pense pouvoir dire avec certitude qu’il est devenu un de mes personnages de fiction préférés de tous les temps.

★★★★★

Ce qui est vraiment étrange, par contre, c’est que je réalise les défauts qu’on peut trouver dans ce roman, mais je n’arrive pas à les considérer en tant que tels. En fait, je crois que, très concrètement, je m’en fiche complètement. Au final, il me semble que j’avais vraiment besoin de lire les lettres de Charlie en ce moment. Elles m’ont fait voir les choses sous un angle différent, et j’en avais bien besoin. A lire absolument ! Si vous êtes déjà allé au lycée une fois dans votre vie, ce livre ne devrait pas vous laisser insensible :).

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s