Where Rainbows End (La vie est un arc-en-ciel), de Cecelia Ahern

71tdY7NE-sL

Depuis qu’ils sont enfants, Alex et Rosie sont inséparables. Ils partagent absolument tout, y compris leurs bêtises (plus ou moins grosses). Mais avant leur année de terminale, le père d’Alex est muté à Boston pendant que Rosie reste à Dublin. A partir de là, leur vie vont prendre des chemins radicalement différents. Mais il en faudra sûrement plus pour les séparer…

★★★★

Ce livre m’a fait ressentir ALL THE FEELS. Un coup, je riais aux éclats et un coup, je pleurais comme une madeleine.

J’ai trouvé ce roman assez réaliste dans les grandes lignes. Pas genre Zola, évidemment. Mais plutôt genre, dans la vie tout ne va pas toujours merveilleusement bien dans tous les domaines et jamais rien ne se passe comme prévu. Mais parfois, on trouve le bonheur dans quelque chose d’autre, quelque chose de moins grandiose qu’on ne l’avait imaginé mais qui est encore mieux. Je crois que j’avais besoin qu’on me colle le nez devant cette vérité.

Le livre a été adapté en film : Love, Rosie. Je ne l’ai pas encore vu mais déjà, je sais que quelque chose ne va pas me plaire : Lily Collins. Non pas que j’ai quelque chose contre elle, c’est juste que pour moi Rosie est quelqu’un de moins ‘frêle’, pas forcément en apparence, mais oui plus ‘robuste’. Parce que Rosie est vraiment un personnage génial. Très humaine et avec un sens de l’humour incomparable !

Mais la reine de ce livre reste pour moi Ruby. ELLE EST HILARANTE. Cynique à souhait, elle est la meilleure amie idéale et m’a vraiment fait beaucoup rire.

Je n’avais jamais lu de Cecelia Ahern avant, et j’avais peur que ce soit un peu trop méloromanticoniaisodramatique pour moi. Et bien, pas du tout ! Certes, j’ai pleuré à gros bouillons mais j’ai beaucoup plus ri. C’est le genre de lectures parfaites pour se sortir d’une panne de lecture ou pour se poser un peu sans trop réfléchir. En plus, le format épistolaire fait que ces 500 pages et quelques se lisent vraiment rapidement. Et j’adore les romans épistolaires. Vraiment beaucoup.

PS : Je voudrais parler du titre qui est, à mon humble avis, absolument génial dans sa version originale. “Where rainbows end” rapport à l’Irlande, aux leprechauns et à leur or aux pieds des arc-en-ciel, je suppose. Et bien, j’ai trouvé ça trop cool. Autant le titre français ne me dérange pas vraiment, mais l’Américain par contre… Pourquoi “Love, Rosie” ? Je trouve ça moyen et inutile. Voilàvoilà.

Advertisements

5 thoughts on “Where Rainbows End (La vie est un arc-en-ciel), de Cecelia Ahern

  1. Du coup maintenant j’ai de plus en plus envie de le lire et il faut que j’attende que tu rentres pour mettre mes mains dessus ! hahaha
    Mais si tu veux, je pourrais te prêter The Gift à la place, parce qu’il est génial aussi !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s